You are currently viewing Le TDAH à l’école

Le TDAH à l’école

Janvier 2022

Ergotrucs école
Le TDAH à l'école

À cet âge, certains cocos ont reçu un diagnostic ou sont en processus d’en recevoir un. D’autres élèves peuvent tout simplement démontrer des fragilités attentionnelles. La présentation varie entre un élève qui bouge sur sa chaise, se lève souvent et peine à se déposer pour être en écoute et compléter les tâches demandées. Alors que d’autres auront un profil plus lunatique, qui peinera à donner le coup d’envoi ou à se maintenir à la tâche. En ergothérapie, nous utilisons les stratégies sensorielles afin d’atteindre le niveau d’énergie optimal de l’enfant et qu’il soit alors disponibles pour ses apprentissages.

Les enfants ayant un TDAH gagnent en maturité et en introspection en général moins rapidement que les enfants de leur âge. Bien qu’ils aient déjà expérimenté plusieurs stratégies sensorielles ou autres qui les amènent à bien ajuster leur niveau d’énergie, ils doivent souvent être accompagnés pour les utiliser aux moments propices.

Les stratégies proposées pourront à la fois apaiser un enfant qui a « besoin marqué » de bouger en plus d’augmenter le niveau d’éveil d’un élève plus « amorphe ». Aussi, plusieurs peuvent être complétées en grand groupe, chacun des élèves pourra donc profiter d’un moment de pause et de recharge :

  • S’assurer d’une bonne posture de travail au bureau et que les pieds soient bien appuyés au sol;
  • Varier les positions de travail (bureau, table, au sol, en station debout) pour répondre au besoin de bouger;
  • Placer une bande élastique sur les pattes de chaise de l’enfant;
  • Placer un toutou lourd sur les genoux de l’enfant en période d’écoute pour une période de 15 à 20 minutes (maximum 10 % du poids de l’enfant);
  • Pour certains élèves, manipuler un objet en main peut être aidant, alors que pour d’autres, cela peut être distrayant. Si vous choisissez cette stratégie, bien en évaluer l’effet sur l’enfant. Il faut aussi parfois faire l’essai de plusieurs outils avant de trouver celui qui convient;
  • L’utilisation de coussin, ballon-chaise, tabouret oscillant peut être aidante, mais ces outils ne peuvent pas être utilisés sur de longues périodes puisqu’ils demandent un effort supplémentaire pour maintenir la stabilité. Leur utilisation ne doit pas dépasser plus de 20 à 30 minutes;
  • Permettre l’utilisation d’une bouteille d’eau avec paille, si possible de l’eau bien froide;
  • Éviter de placer les élèves facilement distraits près de la fenêtre ou près d’un endroit passant dans la classe;
  • À chaque nouvelle période, prévoir une routine de mouvements (yoga, étirements, aérobie : beaucoup de matériel disponible sur Internet) de respirations afin d’activer la musculature et recentrer l’enfant;
  • Fournir à certains élèves ciblés des responsabilités qui les amènent à bouger en classe pour se délier les jambes. Par exemple, passer les feuilles, ramasser les rebuts de la collation, pousser le chariot de livre, commission au secrétariat;
  • Au besoin, permettre à l’enfant de faire des « push-ups » sur sa chaise, d’aller faire des sauts, marche, courir sur place, « push-up » au mur ou encore un parcours moteur au corridor.

Pour les préados et adolescents

Souvent à cet âge, l’agitation motrice est moins présente. Cependant, certaines caractéristiques se maintiennent comme une certaine impulsivité, les défis scolaires (selon le portrait de l’enfant), la recherche de sensations fortes et une difficulté dans l’organisation des routines, des tâches et des horaires.

  • Mettre un code de couleur pour les livres et le matériel de chaque matière (recouvrir le livre ou une partie de la reliure). L’ado prendra donc tout ce qui est jaune pour aller en français par exemple. Une copie de l’horaire dans la porte du casier devrait avoir le même code de couleur;
  • Garder un cartable ou « duo-tang » identifiés « devoirs », de cette façon, dès qu’il a un travail, devoir, étude, il peut le glisser dedans pour s’assurer de l’apporter à la maison;
  • Profiter des activités sportives proposées par l’école soit à l’heure du dîner ou après les cours;
  • Lors des périodes de pauses antre les cours, marcher, monter les escaliers 2 marches à la fois, trouver un endroit discret pour faire des « push-up » au mur ou encore exercices de respirations profondes;
  • Avoir des outils de manipulation (« fidget ») dans son coffre à crayon et une possibilité d’avoir des mâchouilles au bout du crayon (il en existe toute sorte);
  • Si possible, demandez d’être assis à l’arrière de façon à pouvoir travailler debout.

Vous connaissez un enfant qui peine à prendre part aux activités d’apprentissages ou encore à la routine de classe parce qu’il n’est pas disponible, parce que tout va trop vite chez lui? Un ergothérapeute pourrait donner un petit coup de main!!! N’hésitez pas à nous contacter.

En ces temps de pénurie de main-d’œuvre, prenez note que notre recrutement va bon train à Québec et que nous avons de la place sans attendre pour évaluation ou prise en charge.

Véronique Pépin

Véronique est diplômée de McGill en 1995 et clinicienne depuis maintenant 13 ans auprès de la clientèle pédiatrique en clinique privée ainsi que dans le réseau public. Elle travaille actuellement au point de service de Blainville. Son passage au sein du réseau public l’amène à évaluer et intervenir de façon plus pointue avec des enfants présentant un trouble développemental de la coordination. Au cours des années, elle développe aussi un intérêt pour les difficultés d’intégration des aliments chez le poupon et la sélectivité alimentaire chez les enfants en général. Elle fait de plus partie d’évaluation diagnostique du trouble du spectre de l’autisme avec nos partenaires de la Clinique RESO. Avec l’équipe du Groupe Ergo Ressources, elle offre des formations sur le TDC et la sélectivité alimentaire, notamment pour les intervenantes en CPE et les parents.