Tronc plus fort chez les tout-petits

Tronc plus fort chez les tout-petits

Novembre 2020

Je suis un ARBRE et j'ai un TRONC!

Saviez-vous que…
Tel que vu dans l’infolettre, un enfant qui grandit peut être comparé à un arbre. Un tronc fort permet de porter fièrement ses branches et ses feuilles (les bras et les mains) et de résister aux grands vents ainsi qu’aux tempêtes sans trop chanceler. Un arbre au tronc solide possède la stabilité pour s’épanouir et déployer ses feuilles. Un enfant qui développe une bonne stabilité au niveau du tronc possède de solides fondations pour développer habilement ses mouvements. Ainsi, un tronc bien fort pose les bases pour développer le contrôle postural, l’équilibre, la coordination des mouvements de tout le corps, et ce, jusqu’aux gestes fins du bout des doigts.

Les activités du mois pour un tronc plus fort
1. Varier les positions de jeu lors des activités plus sédentaires : jouer à 4 pattes ou sur le ventre. Proposez aux enfants de s’installer sur le ventre pour une courte activité de coloriage ou un casse-tête… Dans cette position, l’alignement des coudes est important : assurez-vous qu’ils soient directement sous les épaules.

Tronc plus fort chez les tout-petits

2. Pour les poupons : jouer à 4 pattes!
Les périodes de jeu au sol, sur le ventre, sur le dos et à 4 pattes, sont à la base du développement de la musculature du tronc.  Si un de vos poupons n’aime pas être sur le ventre ou tolère peu le 4 pattes, encouragez-le à maintenir la position un peu plus longtemps, peut-être avec un jouet pour que ce soit plus amusant!  Chanter une chanson ou une comptine est aussi une bonne astuce.  Vous pouvez aussi placer un petit rouleau, une serviette enroulée, ou même votre cuisse sous sa poitrine.  

La puce à l’oreille…

Un manque de stabilité au tronc peut se manifester de la façon suivante chez l’enfant :  

  • Difficulté à maintenir une bonne posture assise par rapport à ses pairs (par exemple, il peut glisser vers l’avant lorsqu’il est assis) ; 
  • Lorsqu’il est assis au sol, l’enfant peut écarter fortement les jambes pour maintenir l’équilibre;
  • Équilibre plus précaire, ou tendance à trébucher;  
  • Impression de maladresse lors de différents mouvements; 
  • Délai dans l’acquisition des étapes du développement moteur (4 pattes, marche debout, franchir les escaliers tel qu’attendu…). 

Si vous avez des inquiétudes ou des doutes pour un de vos tout-petits, contactez-nous. Une intervention précoce pourrait limiter les impacts sur son développement. Le plus tôt est définitivement le mieux!

Anne-Caroline Poirier

Ergothérapeute depuis 2002 elle dédie sa pratique aux enfants depuis ses débuts. Elle pratique dans les écoles ainsi qu’en milieu clinique et en CPE. Elle est également enseignante de yoga. Anne-Caroline participe à la publication des Ergotrucs depuis plus de 10 ans.

Laisser un commentaire