Quelques astuces pour nos élèves TSA

Quelques astuces pour nos élèves TSA

* TSA : Trouble du spectre de l’autisme

Le retour à l’école est en cours pour certains et reporté pour d’autres, mais, comme nous le savons tous, l’école ne sera pas ce qu’elle était, maintenant et en septembre 2020.

En effet, le contexte actuel de la pandémie et les règles sanitaires en vigueur mènent à la mise en place de changements majeurs dans la façon d’organiser la vie scolaire.

Peu à peu, nous nous faisons à l’idée et nous nous approprions ces nouvelles façons de faire, mais ce n’est pas toujours facile.

Alors, si ce n’est pas facile pour nous, qu’en est-il des élèves TSA… ces enfants qui ont besoin de routines, pour qui les changements sont parfois difficiles à comprendre et à accepter?

Comment pourront-ils s’adapter à ces nouvelles règles et façons de faire? Le défi de la réintégration peut certes paraître de taille, mais demeure assurément possible, si les conditions gagnantes sont réunies!

Astuce no 1 : PRÉPARER À L’AVANCE

Prendre le temps d’expliquer à l’enfant, de façon adaptée, les principaux changements qui s’opéreront à l’école. Par exemple :

  • La règle du 2 mètres en tout temps;
  • Le lavage des mains pendant 20 secondes, requis à maintes reprises;
  • La réorganisation des espaces (pupitres séparés…);
  • Les récréations décalées, les déplacements minimisés, le fait qu’il restera dans sa classe toute la journée, même pour le dîner;
  • Le fait qu’il n’y aura pas d’accès aux modules de jeux dans la cour, qu’il n’y aura pas d’éducation physique au gymnase, de période d’informatique, de visite à la bibliothèque…

À cet effet, certains documents forts intéressants ont été créés, notamment celui d’une éducatrice spécialisée du programme TSA 0-6 ans du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Faire équipe autour de l’élèves TSA pour bien planifier cette transition est une clé pour en assurer la réussite.

Astuce no 2 : FOURNIR UN HORAIRE VISUEL ILLUSTRANT LA NOUVELLE ROUTINE

Il faut aider l’enfant à comprendre la nouvelle routine, surtout dans un contexte où elle sera changée par rapport à ce qu’il a connu. Penser à illustrer la routine du matin à la maison, mais également celle de la journée de classe et, celle du retour à la maison. Partir de ce qui fonctionnait déjà bien. Pour certains, l’écrire sera suffisant, pour d’autres, les photos seront plus concrètes. Les pictogrammes sont largement utilisés également.

Que l’on utilise des photos, des pictos ou des mots, il peut être intéressant de placer les différentes étapes de la séquence visuelle au mur, sur des velcros ou avec de la gommette afin qu’elles soient amovibles. Lorsque l’enfant fait le geste d’enlever l’étape réalisée, cela concrétise le fait que la tâche est terminée. Prévoir une pochette ou un panier pour les ranger, une fois enlevés.

Le site « lespictogrammes.com » permet de faire l’achat de différents kits de pictogrammes utiles et largement utilisés. Sur leur page Facebook, il est également possible d’obtenir certains pictogrammes gratuits. Plusieurs personnes partagent également leurs créations.

De plus, les éditions Milmo offrent gratuitement sur Internet un petit scénario expliquant la situation actuelle.

Astuce no 3 : EXPLICITER LES RÈGLES AVEC DES PICTOS ET DES REPÈRES VISUELS

Utiliser des pictogrammes pour illustrer les « interdits » et les « alternatives ». Illustrer également ce qui est permis et encouragé. Par exemple :

Tableau règles Trouble du spectre de l’autisme
Pictogrammes TSA

Astuce no 4 : APPRIVOISER LE MASQUE ET AUTRES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

Il est probable que l’enfant TSA soit appelé à côtoyer et interagir avec des adultes portant un masque ou d’autres équipements de protection (ex : visière, sarreau). Certains enfants porteront également un masque.

Cela peut engendrer toutes sortes de réactions chez l’enfant, de l’incompréhension à la peur. Il se peut également que l’enfant ne reconnaisse pas la personne ou encore, veuille toucher ou retirer l’équipement…

Pour le préparer, voici quelques suggestions :

  • Apprivoiser l’équipement, par exemple, le masque, en le manipulant, le mettant à un toutou, etc. 
  • Créer un scénario social pour expliquer la raison d’être des équipements de protection ou encore, regarder celui-ci concernant les masques : « Pourquoi les gens portent des masques? » 
  • Il est important de bien clarifier le pourquoi puisque le masque est souvent associé à une image à connotation négative (maladie, danger, ou mauvaise intention). Le nouveau contexte est plus difficile à saisir pour l’enfant ayant un TSA, d’où l’importance de s’assurer que l’enfant comprend que ce n’est pas pour une des raisons nommées plus haut que les personnes portent un masque. 
  • Demander à la personne de porter sur elle une carte avec une photo d’elle sans masque, en train de mettre le masque et avec le masque pour aider à faire le lien qu’il s’agit de la même personne.

Oui, c'est moi!

Port du masque
Port du masque
Port du masque
  • L’utilisation d’un masque muni d’une partie transparente diminue l’impact visuel du masque en laissant voir le sourire de l’intervenant. Si cela n’est pas possible, dessiner un sourire sur le masque peut aider l’enfant à diminuer sa peur du masque, le cas échéant. 
  • Si l’enfant doit porter un masque : commencer l’utilisation dans des contextes non obligatoires, en s’amusant dans la maison par exemple, de façon à ce que l’enfant puisse s’y habituer de façon graduelle. Il est préférable de le faire souvent, au rythme de la personne, sans pression, que de l’utiliser seulement dans des contextes de nécessité qui augmentent la pression de la personne à le porter. Il est important de comprendre que les enfants ayant un TSA ont souvent des difficultés au niveau du toucher. Le masque est alors particulièrement difficile à supporter pour eux.

Astuce no 5 : PERMETTRE L’OBJET DE RÉCONFORT

Permettre à l’élève TSA d’avoir avec lui un objet de réconfort provenant de la maison qu’il pourra toucher/manipuler au besoin.

Astuce no 6 : RÉPONDRE AUX BESOINS SENSORIELS

Plus que jamais, l’enfant aura besoin de ses stratégies pour s’autoréguler. Dans la mesure du possible, outre l’objet de transition, continuer à lui offrir des opportunités de répondre à ses besoins sensoriels, selon le contexte dans lequel il évolue.

Ainsi, ne pas oublier de lui offrir des « pauses sensorielles » adaptées, que ce soit des routines de mouvements, un coin « doux » ou un bac personnel avec des objets de manipulation.

L’utilisation d’objets lestés comme une veste lourde ou une couverture lourde lorsque le contexte augmente significativement le stress peut être une stratégie efficace. Il est à noter que les objets lestés doivent être prescrits par un ergothérapeute ou un professionnel de la santé ayant une expertise dans ce domaine.

Vous voulez en savoir plus?

Inscrivez-vous à nos ERGOTRUCS publiés une fois par mois.
Nous avons le volet maison, école et milieu de garde-CPE.
Bonne lecture!

Ergotrucs Groupe Ergo Ressources

Mariann St-Hilaire

Ergothérapeute depuis 2002 elle dédie sa pratique aux enfants depuis ses débuts. Elle pratique en milieu clinique, dans les écoles et les CPE. Elle a développé une expertise au niveau de la sélectivité alimentaire en plus de sa pratique régulière (difficultés motrices et sensorielles). Récemment, elle a créé un programme d'activité pour favoriser l'interaction entre les enfants d'un CPE et une clientèle de personnes âgées. Mariann participe à la publication des Ergotrucs depuis plus de 10 ans.