Faciliter le découpage – CPE

Faciliter le découpage – CPE

Avril 2021

Graduer le niveau de difficulté

Saviez-vous que?

Le « juste-défi » et l’intérêt sont les clés de l’apprentissage! Pour qu’un enfant veuille essayer et se pratiquer, il faut qu’il ait de l’intérêt ou du moins une curiosité pour l’activité. Une fois qu’il apprécie l’activité, il se pratiquera en ayant l’impression de fournir moins d’effort. Donc il faut pouvoir susciter l’intérêt de l’enfant à découper, soit en rendant le découpage amusant, soit en variant les matériaux, soit en favorisant un produit fini comme un bricolage qui paraitrait attrayant pour les enfants.

Finalement, afin d’aider l’enfant dans l’appropriation de l’activité et de susciter son intérêt, il est important de lui proposer un « juste-défi ». Cela correspond à une activité qu’il sera capable de réaliser avec un peu d’effort (petit défi), afin de favoriser un sentiment de réussite et de plaisir qui l’aideront à maintenir son engagement dans l’activité, sans se décourager. Ainsi, dans l’apprentissage d’une nouvelle tâche comme le découpage, nous vous proposons de graduer le niveau de difficulté, une étape à la fois.

Les étapes du développement normal du découpage

Comme expliqué pour la prise des ciseaux dans l’Ergotruc de mars 2021, les habiletés du découpage se développent par étape. Ainsi, afin de favoriser le juste-défi, proposez des activités qui évoluent graduellement, en débutant par les premiers stades de développement pour aller petit à petit vers les plus complexes. C’est en lui permettant de réussir sa mission que vous allez favoriser son plaisir dans l’activité.

Susciter l’intérêt

Tout d’abord, faire comprendre à quoi sert le découpage;

  • Permettre à l’enfant de comprendre qu’il peut modifier la forme d’un objet (ce qui est le but attendu du découpage), par exemple en lui permettant de déchirer du papier ou des feuilles d’arbre.
  • Lorsqu’il sait découper adéquatement des formes simples (carré, rectangle, triangle) : mettre leurs héros préférés à l’intérieur en leur demandant de découper la forme simple et non les détails du héros.

Pratiquer une chose à la fois

  • Étape 1 : Pratiquer le mouvement d’ouverture/fermeture des ciseaux à l’aide d’outils qui demandent le même mouvement comme les pinces à spaghetti, des pinces à linge, des contenants à presser, des poinçons, des perforatrices, etc.
  • Étape 2 : Donner des ciseaux (en plastique pour plus de sécurité) sans objectif d’utiliser, afin de permettre à l’enfant de découvrir l’objet en le manipulant et l’observant, par lui-même.
  • Étape 3 : Lui montrer le mouvement d’ouverture/fermeture et le laisser se pratiquer d’abord dans le vide, sans objectif de découper, juste pour voir les lames bouger.
  • Étape 4 : Une fois que le mouvement d’ouverture/fermeture est acquis : proposer de faire des franges sur une bande de papier tenu à la verticale par l’adulte par exemple.
  • Étape 5 : Quand l’étape 2 semble acquise : proposer de faire les mêmes mouvements que l’étape 2, mais tout seul, sans aide de l’adulte pour tenir la feuille.
  • Étape 6 : Donner une feuille un peu plus grande avec un objectif à atteindre avec les ciseaux, sur la feuille (ex. : autocollant ou dessin) pour que l’enfant sache jusqu’où découper.
  • Etc.

Débuter par des matériaux qui ne demandent pas autant de précision qu’un découpage classique sur du papier. Vous pouvez proposer de découper de la pâte à modeler, des brindilles, des feuilles d’arbre, des pailles … Ces médiums permettront à l’enfant de pratiquer les mouvements d’ouverture et fermeture des ciseaux sur un support, sans avoir à gérer le trait sur lequel découper (composante de la coordination visuomotrice abordée dans l’Ergotruc du mois passé).

Utiliser un support plus épais pour débuter : le carton est généralement plus facile à découper que le papier, car il est plus rigide (il se tient mieux), ce qui permet d’avoir un résultat relativement précis, sans avoir une main stabilisatrice très performante. Ainsi, au début du découpage, quand la coordination des deux mains n’est pas très efficace : proposez du carton de construction ou du papier cartonné aux enfants plutôt qu’une feuille simple (qui peut être trop souple et instable dans un premier temps).

Commencer par des supports de petites tailles : une feuille entière est difficilement malléable pour un enfant novice en découpage. En lui donnant un support comme un carré de 15 cm par exemple, la main stabilisatrice sera plus efficace pour maintenir la feuille au bon endroit par rapport aux ciseaux.

Puce à l'oreille :

Si vous observez qu’un enfant de votre groupe présente des défis dans les activités proposées ou avec le découpage en général, il se peut qu’un ergothérapeute puisse l’accompagner dans le développement de ses habiletés.

Référez au Groupe Ergo Ressources pour savoir si une ergothérapeute peut aider les enfants de votre groupe pour lesquels vous soupçonnez un retard.

Références

  • (A) Talbot, G. (1993). Batterie d’évaluation Talbot. Montréal: Hôpital Sainte-Justine, Centre hospitalier universitaire, Université de Montréal.

Sonya Côté

Clinicienne et conférencière, Sonya pratique essentiellement dans les milieux de vie des enfants : école et CPE. En plus d'offrir des formations au personnel des écoles et des CPE, elle offre des suivis et du support-conseil aux intervenants entourant les enfants à besoins particuliers. Elle travaille notamment auprès d'une clientèle autochtone et d'enfants ayant recours aux services de la Direction de la protection de la jeunesse. Elle est l'auteure du livre Favoriser l'attention par des stratégies sensorielles publié chez Chenelière Didactique et rédige actuellement un prochain ouvrage pour les enseignants.

Laisser un commentaire