Vous avez dit proprioception?

Vous avez dit proprioception?

Vous avez dit proprioception?

Encore une rentrée pas comme les autres…mais presque ! On nage moins dans l’inconnu, mais des incertitudes persistent. Les enfants ont hâte de voir leur ami, mais peuvent avoir peur de les perdre à nouveau, d’autres ont bien apprécié de faire l’école à la maison. La pandémie a provoqué différentes réactions, parfois diamétralement opposées, chez tout le monde. Une chose est certaine cette rentrée apporte son lot de fébrilité.

C’est pour cette raison que nous commençons nos Ergotrucs de l’année 2021-2022 en vous parlant de proprioception. Pourquoi? Parce que c’est un outil facile à utiliser, en classe, à la maison ou à la garderie pour aider les enfants à mieux gérer cette fébrilité. En ergothérapie, on dit souvent qu’on veut que les enfants, surtout les plus jeunes, soient dans leur corps et non dans leur tête et c’est ce qu’apporte la proprioception. Nous croyons qu’un enfant qui est dans son corps est plus dans le moment présent et donc moins anxieux (voir notre infolettre Anxiété et pleine conscience). Il joue maintenant, il apprend maintenant, sans se soucier de ce qui se passera ensuite ou des difficultés qu’il anticipe. C’est l’objectif que nous poursuivons en lui offrant de la proprioception.

La proprioception fait partie de nos sept sens ! Eh oui, nous en avons sept et non pas cinq, et l’un d’entre eux est la proprioception.

La proprioception, c’est la sensation de notre corps dans l’espace. La conscience de l’espace utilisé par notre corps. Sans la proprioception, vous vous sentiriez comme sur la Lune, flottant sans trop savoir ce qui vous fait bouger, où vous allez atterrir, ni quels efforts faire pour vous rendre à destination.

Un exemple : avant d’entrer dans une pièce, vous n’avez pas besoin de mesurer le cadre de la porte ni la distance entre vos épaules afin de comparer les deux mesures et finalement conclure que vous pouvez franchir cette ouverture sans vous heurter ! Coopérant avec le sens de la vue, qui capte les dimensions du cadre de porte, la proprioception vous avisera si vous pouvez passer ou non.

La proprioception est également responsable de la relation entre chaque partie de votre corps : quelle est la distance entre chaque doigt, quelle est la relation entre la main droite et le genou gauche ? Grâce à cette information, lorsqu’un moustique nous pique sur la cheville droite, on n’a même pas besoin de réfléchir pour décider du mouvement qui nous débarrassera de cet intrus. À l’aide du sens du toucher, dans l’instant qui suit la piqûre… TAP… on se frappe la cheville ! La seconde suivante, on réalise qu’on vient d’écraser un moustique. Beurk ! On agit avant de réfléchir, hum…cela veut donc dire que la proprioception est un sens dont nous avons peu conscience tellement il est à la base de notre fonctionnement.

Fait qui peut être étonnant lorsqu’elle est stimulée, la proprioception a pour effet de calmer nos autres sens et parfois même le hamster qui tourne dans notre tête. C’est cet effet que vous allez chercher en massothérapie ou encore en pratiquant une activité physique intense impliquant de forcer. On peut stimuler la proprioception de différentes façons :

  • En soulevant, tirant, poussant, bref en forçant (à la hauteur de nos capacités pour éviter les blessures)
  • En recevant une pression sur les muscles ou les articulations
  • En portant un poids sur soi

Voici des exemples d’activités proprioceptives :

Forcer :
Transporter une caisse contenant des livres
Pousser sur un mur
Assis sur une chaise, pousser avec les bras pour soulever les fessiers de la chaise (les pompes sur chaise)

Pression sur les muscles ou les articulations :
Pressions profondes comme lorsqu’on reçoit un massage
Rouler un ballon (attention de ne pas passer sur la colonne vertébrale) sur le dos d’un enfant couché sur le ventre
Sauter très haut dans les airs
Recevoir un gros câlin

En portant un poids sur soi :
Les vestes et couvertures lourdes
Les toutous lourds
Un sac à dos assez lourd
Deux enfants qui jouent à s’empiler un sur l’autre

Lorsqu’un enfant est très agité, une proprioception plus active (bouger en forçant) sera appropriée. Un enfant plus anxieux, en évitement, pourrait bénéficier d’une proprioception plus passive (recevoir un câlin, se réfugier sous une couverture lourde).

Dans les Ergotrucs du mois prochain, vous trouverez des activités concrètes pour votre milieu pour stimuler la proprioception. Nous espérons que cela pourra vous aider à les rendre plus disponibles et apaiser.

Bonne rentrée!

N’hésitez pas à communiquer avec nous pour tout renseignement complémentaire :

Bibliographie :

Bertin M., (2015) Mindful parenting for ADHD: a guide to cultivating calm, reducing stress, and helping children thrive, New Harbinger Publication, Oakland

Côté S. (2016), Favoriser l’attention par des stratégies sensorielles : outils et exercices pour aider tous les élèves, Chenelière Éducation, Montréal.

Hannaford, C. (2005). Smart moves: why learning is not all in your head. 2nd ed., rev. and enl. Salt Lake City, Utah: Great River Books

Sonya Côté

Clinicienne et conférencière, Sonya pratique essentiellement dans les milieux de vie des enfants : école et CPE. En plus d'offrir des formations au personnel des écoles et des CPE, elle offre des suivis et du support-conseil aux intervenants entourant les enfants à besoins particuliers. Elle travaille notamment auprès d'une clientèle autochtone et d'enfants ayant recours aux services de la Direction de la protection de la jeunesse. Elle est l'auteure du livre Favoriser l'attention par des stratégies sensorielles publié chez Chenelière Didactique et rédige actuellement un prochain ouvrage pour les enseignants.

Laisser un commentaire